Écrire | Se connecter

Accueil / Voyages / Népal (III)

 

Népal (III)

Photo souvenir, sur Birta Deurali {JPEG}
Photo souvenir, sur Birta Deurali

Je ne suis jamais reparti aussi vite pour une même destination. Cela ne fait même pas un an que je suis revenu du Népal que déjà je repars fouler ses terres. Il faut dire, l’an passé, je partais en famille et voyager avec un enfant de moins de deux ans n’est pas chose aisée. Il ne m’aura notamment pas été possible de visiter certains lieux qui me tenaient particulièrement à coeur, et notamment ceux dans lesquels l’association Thanaka a financé de multiples projets. Il ne m’aura pas non plus été possible de revoir le centre d’accueil pour enfants défavorisés dont elle s’occupe dans le Gorkha.

Il ne m’aura fallu guère plus pour reprendre un billet d’avion et retrouver ce pays que j’apprécie chaque fois davantage... Je me plais à l’idée d’y revoir quelques amis népalais. Ils vivent décidément au présent. Plus l’heure du départ approche, plus les échanges de mails s’intensifient.

Anecdote

Je suis parti cette année, avec un collègue et ami qui avait suivi par le passé quelques unes de mes pérégrinations et souhaitait voir probablement les projets humanitaires que nous mettons en oeuvre sur le Népal dans le cadre de Thanaka.
J’ai profité dans ces lieux - je l’avoue - de son oeil neuf et avisé.

Je retiendrai particulièrement (et il n’était qu’au début de ses découvertes), alors que je l’attendais à l’aéroport, à son arrivée, la première phrase qu’il a lancé à mon attention et qui m’aura valu un bon fou rire...
"J’en ai déjà vu des bordels, mais des comme ça !!!"

Après coup

Sur le chemin de Gaïkhur {JPEG}
Sur le chemin de Gaïkhur

Je ne me lasserai je crois jamais de visiter ce pays, si ce n’est pour ces terres, pour au moins y retrouver l’accueil exceptionnel et la gentillesse de sa population. Se retrouver, dans la montagne, logé dans une demeure familiale sommaire, sans électricité ni eau courante, dormant sur des paillasses inconfortables, mais gentiment prêtés par nos hôtes qui se débrouillent du coup pour dormir dans des lieux probablement moins confortables encore, force le respect et l’humilité.

Je serais revenus de ce séjour, avec l’envie d’aider encore davantage, par le biais de l’association Thanaka. Les dispensaire, toilettes, ordinateurs qu’elle a financés, les centres pour enfants défavorisés qu’elle y gère, sont de remarquables projets.

Comme je le disais il y a six ans, alors que je foulais les terres népalaises pour la première fois... On ne vit ici, et dans les traces de cette association, rien d’autre que du bonheur.

Sommaire du dossier


Publié le samedi 5 novembre 2011

 


RSS 2.0 | Crédits : Spip - Mootools
{(#TITRE|supprimer_numero|strtolower|strtr{àâäáîïíôöóùûüéèêëçñ ,aaaaiiiooouuueeeecn_}|replace{[^a-z0-9_:~\\\/\-],_})}
 

X

 

X

Contact

Contributeurs

Contacter le gestionnaire du site


Envoyer un message
Envoyer un message