Écrire | Se connecter

Accueil / Voyages / Chili & Bolivie / Sucre, BOLIVIE

 

Sucre, BOLIVIE

Empruntes de dinosaures {JPEG}
Empruntes de dinosaures

Jeudi 19 Septembre 2002, Sucre

Centre de Sucre {JPEG}
Centre de Sucre

Quatre heures de bus nous sont nécessaires pour rallier Sucre. La ville se présente bien bourgeoise à l’image de quelques villes méditerrannéennes bien connues. L’ensemble des vestiges coloniaux blanchis à la chaux ont fait de Sucre une place de prédilection. Son climat doux et tempéré a contribué à son essor et à l’élever au rang de seconde capitale. En effet, si La Paz est la capitale politique, elle détient les pouvoirs constitutionnels.

Si le monde est petit, la Bolivie l’est davantage. Et finalement, à en considérer les quelques routes que le pays offre, il est légitime que nous rencontrions à nouveau quelques voyageurs, que des amitiés se créent.

Deux français, rencontrés à la Casa de la Moneda à Potosi, puis à notre hôtel, et enfin dans une banque nous proposent de se joindre à eux dès demain pour participer à un trek de trois jours dans la Cordillera de la Frailes. Il nous aura fallu trois bonnes heures pour accepter cette proposition. Quelques raisons ont freiné notre décision : la difficulté de marcher sur un sol désertique avec des sacs d’un poids conséquent, l’impossibilité, compte tenu du temps qui nous est imparti, de pouvoir visiter la ville de Sorata, et, particulièrement la rapidité nécessaire dans notre prise de décision.

Dimanche 22 Septembre 2002, Cordillera de los Frailes

Peintures ancéstrales {JPEG}
Peintures ancéstrales

Celà fait trois jours que nous sommes partis. La Cordillera de los Frailes a celà de fantastique qu’elle est peu empruntée. Les villages et les décors montagneux n’ont en rien subis les préjudices d’un tourisme de masse. La sensation de découverte s’en trouve amplifiée.

Un atout certain de cette cordillère, c’est qu’elle change de visage à chaque pas que nous faisons.

Les nombreux séismes et érosions que cette chaîne a pu subir pendant des millions d’années contribuent fortement au caractère pittoresque du site. Des plaques complètes se sont soulevées (ou écroulées) laissant apparaître différentes couches de sédiments et de minéraux. Il résulte de cette lente évolution un jeu de couleurs saisissant.

On ne s’attendait certainement pas à trouver de tels décors dans ce coin là. Et finalement, si nous nous sommes décidés à faire ce trek, c’est surtout grâce à l’enthousiasme transmis par un couple de français, Isabelle et Jean-Michel, et, au bénéfice d’un guide parlant le français, Carmelo. On ne peut aujourd’hui que les remercier.

Rencontre {JPEG}
Rencontre

La présence d’un guide semble par ailleurs indispensable, tant pour la multitude des chemins, pour le peu de villages existants que pour l’absence d’hospitalité systématique de ces derniers. En effet, la plupart des villageois se posent des questions sur la raison de notre présence et c’est donc avec une certaine animosité que certains nous reçoivent. La présence d’un guide parlant leur langue (le quechua) suffit à les rassurer.

Dans ces conditions, lorsque nous croisons un couple d’italiens arpentant seuls les chemins, mal équipés et ne tenant pas compte des recommandations de notre guide, nous craignons pour leur "survie". Les villages n’ont en effet aucun commerce, ne détiennent pas d’eau potable et ne proposent pas de nourriture.

Quant à nous, pourvus de tout le confort nécessaire, nos trois jours de treks se sont déroulés pour le mieux.

Premier jour.
De Sucre nous prenons le bus jusqu’à Chataquila. Deux heures de marche. Arrivés à Pataloyo. Ce site a été découvert il y a une quinzaine d’années. Il présente des peintures rupestres vieilles de 2000 ans. Trois heures de marche. Arrivés à Chaunaca. Nous nous y allégeons de notre second repas.

Le plateau {GIF}
Le plateau

Second jour.
De Chaunaca, trois heures et demi de marche, le tout en montant. Arrivés au cratère de Macaragua et au village du même nom. On y trouve pain et tissu traditionnel de la communauté Jalq’a. Trois heures et demi de marche (la moitié montant fortement). Arrivés à Ninu Mayu. Ce site détient un nombre conséquent d’empruntes de dinosaures. Nous en visitons une partie. La journée se conclue donc par trois repas de moins.

A la croisée des chemins {JPEG}
A la croisée des chemins
Four à pains {JPEG}
Four à pains


Troisième jour.
Sacs ultra-légers. Nous marchons deux heures. Arrivés à Chullpas, village pour le moins inhospitalier. Deux heures de marche jusqu’à Potolo. Achats possibles de tissus. Retour à Sucre en 4x4 en deux heures et demi. Quel bonheur de prendre une douche !

Conséquences des plaques tectoniques {JPEG}
Conséquences des plaques tectoniques
Conséquences des plaques tectoniques {JPEG}
Conséquences des plaques tectoniques


De ces trois derniers jours, on retiendra incontestablement la timidité des "campesinos", timidité mêlée à de la curiosité. A notre arrivée dans un lieu, et bien que présentant une volonté certaine de nous vendre quelques produits locaux, ils nous approchent qu’à notre approbation. Les produits qu’ils proposent, s’ils ne sont pas toujours interessants, ils nous emballent toujours autant. Car ce n’est pas le produit en tant que tel que nous achetons mais bel et bien leur bonheur, pour notre plus grande joie.

Le plus amusant, lorsqu’un paysan dans toute sa splendeur, coiffé et paré de ses vêtements traditionnels s’approche de notre habitation et nous observe, notre guide s’empresse d’excuser sa curiosité. Comme si nous, nous n’étions pas curieux ! Nous adorerions partager cette culture.


Cimetière perdu {JPEG}
Cimetière perdu
Le retour à la ville se prépare {JPEG}
Le retour à la ville se prépare


Une autre remarque. Il est excessivement difficile de prendre en photo un quelconque membre d’une communauté. S’il est parfaitement incorrect de voler un instantanné, toute demande en bonne et dûe forme se solde quasi-systématiquement par un refus. Quelle déception !


Timidité {JPEG}
Timidité
Fierté {JPEG}
Fierté

Lundi 23 Septembre 2002, Sucre

Conception de tissus {JPEG}
Conception de tissus

De retour, ce quotidien citadin nous semble bien fade. Est-ce lié au développement des villes boliviennes ? Au manque d’activité de ces dernières ? A la facilité déconcertante de voyager dans ces lieux ? A notre perpétuelle envie de mobilité ?

Cet après-midi, nous visitons le musée du textile. Fort interessant, le musée présente l’ensemble des différentes communautés de la région. Il ne se contente pas de présenter les divers tissus créés par ces dernières mais d’en expliquer (en français, s’il vous plait) les significations à travers les différents siècles.

Mardi 24 Septembre 2002, Sucre

Food shop {JPEG}
Food shop

Ce matin, nous renonçons à notre hyper-activité. Tout du moins, nous réalisons que nous devons y renoncer. Nous passons ce début de journée, le plus calmement possible, dans les différentes rues de la cité.

Dans la soirée, nous prenons le bus pour La Paz, en classe "cama". Les bus chiliens se voient dépassés. Ce soir, nous voyageons dans un lit, un vrai lit !


La suite : La Paz, BOLIVIE


Publié le mardi 24 septembre 2002, par Eric Cuziat

 


RSS 2.0 | Crédits : Spip - Mootools
{(#TITRE|supprimer_numero|strtolower|strtr{àâäáîïíôöóùûüéèêëçñ,aaaaiiiooouuueeeecn_}|replace{[^a-z0-9_:~\\\/\-],_})}
 

X

 

X

Contact

Contributeurs

Contacter le gestionnaire du site


Envoyer un message
Envoyer un message